DECLARATION AU SUJET DES MSC GRANDIOSA & MSC PREZIOSA

13/03/2020

Les compagnies de croisières ont été informées de manière inattendue que les autorités espagnoles ont fermé hier à minuit tous les ports espagnols, y compris celui de Barcelone, en raison de la pandémie de coronavirus Covid-19 en Espagne.


Cette décision a obligé MSC Croisières à planifier le départ du MSC Grandiosa, amarré au port de Barcelone et de se précipiter pour un départ avant minuit. De ce fait, tous les passagers qui avaient embarqué dans la journée d’hier ont dû débarquer.

Par la force des choses, MSC Croisières a dû revoir l’itinéraire de ce navire et prendre la décision de temporairement arrêter ses opérations dès la fin de sa croisière actuelle, et ce, jusqu’au 5 avril. Les croisières initialement prévues à bord de ce navire comprenaient des escales dans plusieurs ports espagnols qui sont tous, comme le port de Barcelone, forcés à fermer.

Le MSC Grandiosa a quitté Barcelone le 12 mars, et navigue vers le prochain port d’escale de son itinéraire pour arriver à Marseille en France ce vendredi 13 mars. Le MSC Grandiosa fera ensuite escale à Gênes (14 mars) et à Civitavecchia (15 mars) en Italie. Aucun passager ou membre d’équipage n’embarquera à Marseille, à Gênes ou à Civitavecchia. Seules des opérations de débarquement auront lieu.

Les hôtes qui sont montés à bord du navire hier à Barcelone seront remboursés en intégralité, en guise de dédommagement pour le chamboulement de leurs plans de vacances.

MSC Croisières a déclaré : « La fermeture des ports espagnols était hors de notre contrôle, et nous sommes extrêmement désolés pour les hôtes à bord du MSC Grandiosa qui sont dans l’obligation d’écourter leurs vacances de manière si soudaine. Mais, bien entendu, la santé et le bien-être de nos clients et de nos membres d’équipage doit être, et sera toujours, notre priorité. »

En parallèle, le Gouvernement français a soudainement annoncé aujourd’hui la fermeture du port de Fort de France, en Martinique, aux Caraïbes. Le MSC Preziosa, qui devait y faire escale le samedi 14 mars, fera seulement des opérations de débarquement ce jour-là. Le navire terminera ensuite son itinéraire au port de Bridgetown, à La Barbade, le mardi 17 mars, afin de permettre à tout passager encore à bord pour la croisière en cours d’y débarquer.
La fermeture du port de Fort de France oblige MSC Croisières à annuler les croisières à bord du MSC Preziosa dont les départs étaient prévus les 14, 21 et 28 mars.
Le Grand Voyage du navire au départ de Fort de France le 4 avril pour se rendre à Hambourg en Allemagne, est pour le moment maintenu.


Pour plus d'informations, rdv sur : http://www.mscpressarea.com/fr_BE
RCA PR I Hilde Meus I hilde@rca.be I Tel. 011 59 05 97 I 0473 69 51 07 I www.rcapress.be
MSC Cruises Belgium I Vinciane Jacquiez I press@msccruises.be I 02 334 94 00 I
0479 70 42 28 I www.msccruises.be

À propos de MSC Croisières
Basée à Genève, en Suisse, MSC Croisières fait partie de la division croisières du Groupe MSC, basé en Suisse également, qui est le conglomérat leader sur le marché du transport et de la logistique appartenant à la famille Aponte.  

Dans le cadre d'un plan d'investissement sans précédent à hauteur de 11,6 milliards d'euros, la flotte de la compagnie s'étendra de 17 à 25 navires de croisières d'ici 2027. De plus, la division croisières du Groupe MSC a investi 2 milliards d’Euros supplémentaires dans une nouvelle marque de croisières de luxe comprenant quatre super-yachts qui seront lancés entre 2023 et 2026, au rythme d’un navire par an.

La flotte MSC Croisières est l’une des plus avancées de l’industrie en matière environnementale. La compagnie s’est engagée pour la protection de l’environnement, et n’a de cesse de minimiser et de continuellement réduire l’impact environnemental de sa flotte à la fois en mer et à terre, en employant les technologies maritimes et environnementales les plus innovantes. Avec un objectif à long terme d’atteindre zéro émission, en 2020, MSC Croisières devient la première compagnie de croisières au monde neutre en carbone en compensant toutes les émissions de CO2 de sa flotte qu'il n'est pas possible de réduire à l’heure actuelle grâce aux technologies environnementales existantes.